iris

iris
  • Nom commun: iris
  • Nom latin: iris ×
  • Autre(s) nom(s): iris des jardins, iris barbus, orchidée du pauvre, iris horticole, iris hybride, iris de Hollande, iris germanique, iris d'Allemagne
  • Nom(s) anglais: iris, flags

Botanique

  • Famille: Iridaceae (Iridacée)
  • Origine(s): hémisphère nord
  • Type de plante: vivace rhizomateuse ou bulbeuse
  • Couleur(s): très nombreux coloris
  • Hauteur: 0,20 à 100 cm
  • Période de floraison: avril à juin

Portrait

bouquet blue purple irisLes iris sont des plantes vivaces à bulbes (à l’instar des iris de Hollande) ou à rhizome (type iris de jardin), de la famille des Iridacées. Le genre Iris comprend pas moins de 200 espèces et un nombre très important de variétés horticoles.

L’iris des jardins ou « iris horticole » est un iris hybride, dont le plus répandu est certainement le grand iris barbu.

Les sous-genres

Différentes classifications des iris ont été proposées au cours de l’histoire, la plus récente étant celle de Brian Mathew, à la fin du XXe s. Le botaniste britannique distingue six sous-genres (se divisant chacun en différentes sections et espèces) :

  • Iris : iris barbus à rhizomes, provenant en majorité du sud et de l’est de l’Europe ;
  • Limniris : iris sans barbe à rhizomes, présents en Amérique du Nord et en Eurasie ;
  • Xiphium : iris à bulbe mou, indigènes du sud-ouest de l’Europe et du nord de l’Afrique ;
  • Nepalensis : iris bulbeux qu’on trouvent surtout dans les régions de l’Himalaya et du Yunnan ;
  • Scorpiris : iris à bulbe mou et lisse, principalement originaires du Moyen-Orient et d’Asie centrale ;
  • Hermodactyloides : iris à bulbe réticulé, dont la plupart sont originaires d’Europe centrale et d’Asie centrale.

Aspect de la plante

iris rose et jauneL’iris possède une tige très développée d’où jaillissent, tel un faisceau de glaives, des feuilles ensiformes. Les fleurs gracieuses se composent notamment de trois sépales à large limbe, disposés à l’horizontale ou réfléchis, et trois pétales dressés, plus petits.

S’agissant des couleurs, l’iris sait flatter nos pupilles ! Comme Vincent Van Gogh, nous sommes nombreux à l’apprécier en bleu – un coloris relativement rare chez les fleurs – mais il arbore une multitude d’autres teintes ravissantes, vives ou pastel. L’iris se présente ainsi dans des nuances de violet, mauve, rose, orange, jaune, rouge, bordeaux, blanc, noir…

Quelques exemples de cultivars d’iris, parmi ceux (très nombreux) adaptés pour la confection de bouquets :

  • Iris germanica ‘Agrippa’ : cet iris des jardins possède des pétales dans les tons de rose et de jaune, entourés de ravissants sépales récurvés de couleur grenat, et surmontés d’une barbe jaune vif ;
  • Iris ensata ‘Harlequinesque’ : un superbe iris d’eau japonais dont les pétales blancs ondulés sont striés et bordés de violet, le tout sublimé par un cœur jaune vif.
  • Iris germanica ‘Spartan’ : un iris monocolore, d’un rouge intense, très élégant, qui offre un beau contraste avec le feuillage du massif ;
  • Iris reticulata ‘Clairette’ : d’aspect frêle, ce petit iris réticulé n’en est pas moins vaillant, puisqu’il nous offre dès la fin de l’hiver le spectacle de sa floraison délicate, formant un camaïeu de violet ;
  • Iris germanica ‘Irisades’ : un charmant froufrou de pétales blancs ourlés de lavande pastel met en valeur trois sépales resplendissants, qui jouent sur l’opposition chromatique du jaune et du violet ;
  • Iris germanica ‘Robe du soir’ : un iris des jardins arborant des pétales rose tendre et des sépales d’un violet intense, rehaussés d’une lumineuse barbe orange corail.

Warning: Use of undefined constant   - assumed ' ' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/laal7126/art-floral.fr/wp-content/themes/cream-magazine-pro/template-parts/content-fleurs.php on line 62

Histoire

Comme de nombreuses autres plantes à fleurs, les iris sont apparus il y a environ 80 millions d’années, vers la fin du Crétacé, dans une zone géographique correspondant aujourd’hui à l’Antarctique.

D’abord populaire dans l’Égypte pharaonique, on le découvre en peinture dans les pyramides érigées 1500 ans av. J.C. Elle était aussi souvent représentée dans les palais. Pour les Égyptiens, l’iris est associé au dieu faucon (Horus), symbole du soleil du matin et du soir.

La fleur gagne par la suite l’ensemble de l’hémisphère nord, où on la retrouve désormais partout : Amérique du Nord, Europe, Afrique du Nord, Asie.

Le nom de la fleur nous vient du grec ‘iris’, ‘iridos’, par l’intermédiaire du latin (‘iris’, ‘iridis’). Il désigne la déesse de l’arc-en-ciel, qui établit un pont entre le ciel et la terre pour apporter les messages de l’Olympe. Ce sont les reflets irisés de la fleur qui lui valent, dès le XIIIe siècle, l’attribution du nom ‘iridos’. Depuis, en français comme dans d’autres langues, le nom vernaculaire retenu demeure le nom scientifique de la fleur.

De multiples utilisations

Au Moyen-Âge, on prête à l’iris des vertus médicinales. On utilise cette plante pour guérir différentes infections de la peau mais également des problèmes d’asthme, d’estomac, d’œdème… On l’emploie par ailleurs dans le traitement de la syphilis. Aujourd’hui encore, les racines de l’iris sont appréciées comme remède purgatif pour le foie.

Les feuilles de l’iris présentèrent un intérêt pour certains Amérindiens, qui utilisèrent ses fibres pour confectionner des cordelettes à la fois fines et résistantes.

iris barbusEn Occident, les rhizomes d’Iris germanica ont longtemps été employés en cosmétique pour préparer une fine poudre parfumée de couleur blanche. Elle servait alors à traiter les cheveux, blanchir les dents, calmer les douleurs gingivales. On l’appelait communément « poudre de riz » et elle fut aussi utilisée comme telle.

De nos jours, on cultive l’iris pour ses grandes fleurs ornementales et odorantes, mais aussi pour son rhizome, utilisé en parfumerie. L’essence d’iris, très délicate à obtenir, est un fixateur de parfum réputé. Son odeur rappelle celle de la violette.

On met aussi à profit l’iris dans le domaine du génie végétal. Les rhizomes de la plante contribuent en effet à stabiliser les berges et les vasières (zone côtière ou sous-marine couverte de vase) des cours d’eau.

La plupart des rhizomes d’iris sont immangeables, voire toxiques, certains peuvent toutefois servir à l’aromatisation de plats, de desserts ou d’alcools.


Warning: Use of undefined constant   - assumed ' ' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/laal7126/art-floral.fr/wp-content/themes/cream-magazine-pro/template-parts/content-fleurs.php on line 70

Symbolique

iris barbata violetDites-le avec des fleurs…

Offrir des iris, c’est un moyen de transmettre un message positif à quelqu’un. En effet, dans la mythologie grecque, Iris n’est autre que la messagère des dieux, apparaissant aux mortels sous la forme d’un arc-en-ciel. Le retour du soleil après la pluie… L’iris est ainsi synonyme de bonne nouvelle, d’heureux présage, de souhait de grande réussite. Favorite de la déesse Héra, Iris lui apportait uniquement d’heureuses nouvelles.

Dans le langage des fleurs, la symbolique de l’iris peut varier selon la couleur de ses fleurs. L’iris bleu est ainsi associé à la confiance, l’espoir ou encore la foi, tandis que l’iris blanc représente l’ardeur. L’iris jaune exprime la passion quand le violet évoque la sagesse, le respect.

Un symbole de royauté… détrôné

Au Moyen-Âge, la royauté française a retenu cette fleur comme symbole de sa puissance. Il est dit que l’iris aurait joué un rôle décisif au cours de la bataille de Vouillé, qui opposa en l’an 507 les Francs du roi Clovis au peuple des Wisigoths. La bataille s’est déroulée le long d’une rivière impraticable, bordée d’iris. La plante formait un tapis stable pour la traversée des armées franques, sorties victorieuses du combat. Selon d’autres sources, Clovis aurait cueilli une fleur d’iris des marais le long de la Vienne, durant cette même bataille. Toujours est-il que le roi choisit alors l’iris comme symbole de son pouvoir et fit broder ce talisman sur ses bannières. En francique, iris se dit ‘lisbloem’, c’est-à-dire « fleur de lis ». Le terme serait resté mais le lys de Clovis, qui n’était autre qu’un iris, a été supplanté au fil des siècles par la fleur de lys. Cette dernière demeure aujourd’hui encore le symbole de l’Ancien Régime.

iris pseudacorus - iris des maraisL’iris comme emblème floral

L’iris versicolore, aux élégantes fleurs à dominante de violet, est l’emblème floral de la province de Québec.  L’iris des marais, à la belle floraison jaune, constitue quant à lui l’emblème de la Région bruxelloise.

La fleur représentée dans l’héraldique florentine est nommée « lys de Florence », mais il s’agit en réalité d’un iris horticole.


Warning: Use of undefined constant   - assumed ' ' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/laal7126/art-floral.fr/wp-content/themes/cream-magazine-pro/template-parts/content-fleurs.php on line 78

Utilisation en art floral

bouquet iris bleu et fleurs orangePour la confection de bouquet, l’iris de la meilleure qualité est cultivé au printemps (sa saison naturelle). L’utilisation de l’iris pendant l’été peut s’avérer délicate, car les boutons floraux ont tendance à s’ouvrir très rapidement (par temps chaud, la durée de vie en vase de l’iris est donc très courte). En hiver, à l’inverse, le froid peut empêcher les fleurs de s’épanouir.

Avec leur inflorescence d’une grande délicatesse, ondulée ou chiffonnée, les iris apportent beaucoup de romantisme et d’élégance aux compositions florales printanières.

L’iris peut se marier avec un grand nombre de fleurs : tulipe, rose, lys, amaryllis, freesia, mimosa, jonquille, ornithogale… Les iris bleu vif ressortent particulièrement bien dans un bouquet dans les tons orange, leur couleur complémentaire. Ils pourront aussi rehausser une composition dans les tons de blanc, de jaune…


Warning: Use of undefined constant   - assumed ' ' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/laal7126/art-floral.fr/wp-content/themes/cream-magazine-pro/template-parts/content-fleurs.php on line 86